Le premier vélo électrique de l’Histoire

Merci papi, merci mami #1

Bienvenue dans la première partie d’une petite série historique intitulée « Merci Papi, Merci Mami », cette semaine nous allons nous intéresser à monsieur Ogden Bolton Jr. Tout d’abord parce que nous conviendrons que les illustres inconnus de l’histoire sont toujours plus touchants que leurs homologues éclairés par les manuels scolaire. Ensuite parce que ce monsieur Bolton, est considéré comme l’inventeur du premier vélo électrique de l’histoire. Il existe peu d’information à son sujet, pour cause, Ogden n’appartient pas vraiment à la génération qui se persuade que sa morning routine est digne d’intérêt pour les archives mondiales. En effet, c’est un 31 Décembre, en 1895 qu’un brevet pour un « ELECTRICAL BICYCLE » est enregistré dans un bureau américain.

L’époque est importante. En effet, de nombreuses décisions et orientations technologiques qui ont été prises durant la seconde moitié du XIXème conditionnent encore aujourd’hui notre façon de penser les transports. En l’occurrence, l’automobile n’en est encore qu’à ses balbutiements, du côté de l’aviation on voit d’étrange machines tenter péniblement de s’élever à quelques mètres au-dessus du sol, et le train relie petit à petit les territoires des nations occidentales. La grande mode, c’est la vapeur pour les longues distances et le cheval pour les plus courtes.

La bicyclette, bien qu’étant une invention ancienne, commence véritablement à gagner en popularité dans les années 1890. La production s’industrialise, on invente la transmission par chaîne, la chambre à air et le pneumatique en 1888. Parallèlement, le moteur à essence fait son apparition et va bientôt équiper les premières voitures.

Des cyclomoteurs s’esquissent peu à peu sur les planches des ingénieurs et c’est ici qu’une question se pose. En effet, nous avons à cette époque le choix entre plusieurs types de motorisations : vapeur, essence ou électrique. Quelques années auparavant, Sylvester Roper créé un vélocipède alimenté par vapeur. Après un succès relatif aux États-Unis, Roper meurt d’une crise cardiaque en conduisant une des ses propres machines. Malgré l’ingéniosité de son système, les contraintes d’un système à vapeurs la rendent rapidement obsolète pour les véhicules légers.

Ogden Bolton Jr propose alors une solution intéressante : installer un moteur électrique sur le moyeu de roue arrière d’un vélo. Il s’agissait d’un moteur à courant continu à 6 pôles, qui pouvait prendre jusqu’à 100 ampères à partir d’une batterie de 10 volts. La batterie a été placée sous le tube horizontal du cadre. Bien que peu d’informations circulent sur la commercialisation de ce modèle, il y eu à l’époque, dans la presse un débat sur le vélo électrique. On y retrouvait déjà ceux qui croyait en ce projet et ceux qui se réclamait du vrai cyclisme, celui où on transpire.

Premier modèle de moteur moyeu dessiné par O.Bolton en 1895
Premier modèle de moteur moyeu dessiné par O.Bolton en 1895.

Le principe est pour ainsi dire quasiment le même que celui que l’on utilise aujourd’hui dans notre kit l’Audacieux. On ne sait pas exactement ce qu’il advenue de ces inventions, et les premières motocyclettes à essence sont commercialisés à la fin des années 1890. L’essence s’avère alors très vite délivrer une grande puissance pour un faible coût. On oriente ainsi les recherches dans ce sens, ce qui amènera le pétrole à dominer le XXème siècle. On peut comprendre qu’à l’époque, dans une recherche de puissance rapide et sans aucune conscience de l’impact écologique, les industriels aient pu faire ce choix. On peut également se demander à quoi ressemblerait le monde, si l’on avait orienté les recherches vers l’électrique dès les années 1900.

Aujourd’hui, l’humanité à la fois plus nombreuse et plus consciente se retrouve à nouveau à l’aube d’une nouvelle révolution technologique. Elle a sans doute oublié le nom d’Ogden Bolton Jr mais il se pourrait que cette fois-ci, le choix du pétrole ne soit plus envisageable. Il y a toujours eu des inventeurs dans des garages, parfois en avance sur leur temps, parfois fous, parfois laissé pour compte. Le tout est de trouver le sien, et de lui donner une chance de faire faire un bond en avant à toute l’humanité.