La principale fonction d’un VAE consiste à créer et transmettre l’assistance nécessaire afin de propulser votre vélo en s’adaptant à votre pédalage. Ils sont composés d’une partie électrique qui va récolter toutes les données envoyées par les différents capteurs intégrés. Vous trouverez différent capteur en fonction du kit choisi (capteur de vitesse, de couple, de cadence ou encore l’écran ou la console de commande. Cependant, la véritable différence se trouve au niveau de leur mécanique, l’emplacement du moteur, son mode de fonctionnement et sa puissance.

Lorsque vous devez choisir votre kit vélo électrique, vous remarquerez donc que les principales différences s’expriment par le choix du système de motorisation. En effet, pour le moment deux écoles existent et se perfectionnent : le moteur dans la roue avant ou arrière, et le moteur dans le pédalier ou moteur central. Ces deux dispositifs fonctionnent bien entendu, mais ne sont pas nécessairement faits pour le même usage, et ne présentent pas les mêmes qualités. Nous allons passer en revue ces différentes manières d’électrifier un vélo afin d’y voir un peu plus clair.

Le moteur roue ou moteur moyeu

Il s’agit des moteurs les plus répandus et les plus fabriqués au monde. On assiste en ce moment à une explosion de popularité pour le moteur roue en Asie. En effet, leur aspect simple et rustique ainsi que leur prix relativement bas leur ont offert une place de choix sur le marché des VAE. En Europe, où le VAE a d’abord convaincu les randonneurs et les vacanciers, ce moteur garde une réputation d’entrée de gamme. On peut également les trouver sous le nom de moteurs moyeux.

Simple, fiable et efficace, on leur reproche souvent leur manque de puissance en montée, notamment sur des côtés supérieurs à 8%. Leur compatibilité peut aussi parfois leur faire défaut, en effet impossible de les associer aux moyeux dynamo ainsi qu’avec les VAE ayant des freins tambours. Mais selon leur configuration ils peuvent assurer une puissance moyennant les 500 W ou plus et vous permettent de maintenir une vitesse de 25km/h même en montée.

Fonctionnement

Pour ce qui est de la partie électronique, les capteurs intégrés dans le vélo et la console de commande fixée sur le guidon envoient leurs informations à un programme qui commande le moteur. Les engrenages se chargeront alors d’alimenter l’axe de la roue. La puissance des poussées se fera ainsi en fonction selon la vitesse du vélo et le mode d’assistance choisi.

Pour faire simple

La puissance va dépendre du nombre de rotations de la roue. Par conséquent, même si la roue tourne lentement, le moteur continuera à fournir une puissance maximale.

De plus, un moteur roue vous garantit plus de confort lors du changement de vitesse au sens où vous conservez vos 2 plateaux.

Il est à présent important de savoir qu’il existe 2 types de moteurs à roue : le moteur roue avant et le moteur roue arrière.
Nous avons fait un choix entre ces deux dispositifs et nous allons vous expliquer pourquoi.

Les moteurs roue avant

Chez Virvolt nous avons décidé d’abandonner complètement le concept du moteur dans le moyeu de la roue avant. En effet, s’il est beaucoup plus facile installer un moteur dans le moyeu de la roue avant (pas de chaine ou de transmission à conserver) ses nombreux défauts rendent la pose inenvisageable pour nous.

- Manque de stabilité

Le poids du vélo et sa force motrice étant à l’avant, il vous faut en permanence corriger la trajectoire avec vos bras. Au sens où vous êtes tracté et non poussé, chaque virage menace de faire chavirer l’engin. Le moindre mouvement du guidon vous entraine vers une destination que vous n’avez pas choisie comme un mur par exemple.

Je vous laisse imaginer ce que cela donne par mauvais temps ou sur une route endommagée. Il est impossible ou alors très dangereux de poser un moteur puissant sur une roue avant, l’assistance sera donc nécessairement limitée.

- Conduite désagréable

Vous tenez littéralement le moteur dans vos bras, il devient donc difficile, voire dangereux, de lâcher une main pour faire quoique ce soit. La conduite reste donc fatigante et peu sécurisante. Vous n’aurez jamais l’impression de contrôler réellement l’engin au prix de courbatures absurdes. On n’électrifie pas son vélo pour s’ajouter des efforts au prix d’une vitesse relativement faible.

- Fiabilité discutable

On remarque que la plupart des chocs et des problèmes que rencontrent les cyclistes se produisent à l’avant de leurs vélos. Vous risquez donc d’abimer beaucoup plus vite une partie essentielle de votre VAE.

Si les moteurs dans le moyeu sont réputés solides, ils sont pour la grande majorité indissociable de la roue elle-même et de son rayonnage. Comme les roues avant ont tendance à se voiler plus facilement et sont statistiquement plus exposées aux impacts, il y a des chances que vous deviez très souvent changer la totalité de votre bloc moteur à chaque imprévu.

Ainsi peu importe que vous choisissiez un de nos dispositifs, nous tenions à vous mettre en garde contre ce type de moteur que nous ne concevons pas. Nos équipes de Recherche & Développement ont longtemps creusé la question, notamment en raison de la facilité d’installation, mais sont finalement tombées dans une impasse.

Les moteurs roue arrière

Il est facile de constater que la plupart des défauts du précédent kit proviennent de l’emplacement du moteur. Ainsi, en l’installant sur la roue arrière, même si cela prend davantage de temps, nous corrigeons la majorité de ses défauts. Cela nous permet d’être en mesure de poser un kit dont le moteur est dans la roue arrière à un prix abordable pour une fiabilité et une durabilité maximale.

+ Économie

En effet, il s’agit d’un modèle beaucoup moins onéreux que son concurrent qu’on l’on trouve très facilement partout. Vous pouvez ainsi obtenir les caractéristiques d’un bon VAE pour 2 à 3 fois moins cher que si vous l’aviez acheté neuf (c’est-à-dire avec le vélo fourni).

+ Fiabilité

La roue arrière offre une plateforme particulièrement stable pour accueillir le moteur. Il demeure à l’abri des intempéries et relativement protégé des chocs.

+ Durabilité

Chaque pièce reste réparable indépendamment des autres. L’entretien diffère le moins possible de celui d’un vélo classique. À présent la durée de vie va beaucoup dépendre de la façon de vous préserver les performances de votre batterie.

+ Discrétion

En effet, un moteur dans la roue arrière passe plutôt inaperçu tout en restant très léger. Cette discrétion reste la première protection contre le vol.

+ Facilité d’entretien

En effet, prendre soin d’un moteur roue ne diffère que très peu d’un vélo classique. En cas de crevaison, changer de chambre à air ne pose pas plus de difficulté qu’avant, pensez simplement à débrancher le moteur.

- Manque de puissance

D’abord par souci légal ensuite par souci d’ergonomie nous préférons ne pas mettre de trop gros moteur sur la roue arrière. Le poids conséquent des moteurs les plus puissants risquerait de déséquilibrer l’ensemble.

Nous avons donc trouvé un compromis en installant un moteur suffisamment puissant pour tout type de côté en ville, mais que nous déconseillons pour la randonnée. La plupart des moteurs roue perdent en performance sur des côtés supérieure à 10%.

- Manque de programmation (personnalisation de l’assistance)

Le système a été conçu pour être le plus simple possible. Vous ne pouvez donc pas programmer vos vitesses d’assistance sur ces modèles. De même, il est encore très rare de voir un tel dispositif disposer d’un ordinateur de bord ce qui rend les indicateurs peu précis.

- Manque d'adaptabilité

Les moteurs roue ne s’adaptent pas sur tous les vélos. Si vous possédez un système nexus ou bien des freins à tambour, l’installation risque d’être difficile, voire tout simplement impossible.

Le moteur pédalier ou moteur central

Il est clair que les moteurs pédaliers font preuve de plus de performance. Leur fonctionnement est fondé sur des capteurs qui procurent une assistance progressive parfois selon l’effort fourni par le cycliste. Bien que légèrement plus chers, on remarque que les moteurs pédaliers connaissent plus de succès même s’ils ont été mis au point il y a peu de temps.

- Prix

Certes, le prix restera toujours plus élevé qu’un moteur roue plus classique, cela se remarque dans ses performances. N’hésitez pas à directement appeler un de nos conseillers pour avoir une idée plus précise du vélo qu’il vous faut. Parfois inutile de se ruer sur le modèle le plus cher, parfois cela est nécessaire.

- Surplus de puissance

Le moteur central s’adapte à pratiquement tous les vélos, toutefois nous emmétrons des réserves sur les vélos trop anciens, trop légères ou avec un système de freinage obsolète.

Par ailleurs il y a de plus en plus de marques à en proposer comme de Bosch, Parasonic, Yamaha, Brose, Bafang ou encore transe’X. Chez Virvolt, nous avons conçu notre modèle à partir du Bafang, car il offre selon nos propres tests, des performances supérieures pour une durabilité excellente.

+ Puissance

À partir du moment où le poids se loge au centre du vélo, on peut tout à fait installer 500 ou 1000W de puissance sans craindre de déséquilibrer la machine. On glisse sur les montées, c’est un système particulièrement apprécié des randonneurs en VTT qui font de la descente en montagne.

+ Polyvalence

Ce moteur est aussi bien utilisé par les livreurs portant de lourdes charges (vélo cargo par exemple) que par les simples usagers qui souhaitent se rendre au travail en passant par les randonneurs.

+ Confort

La sensation de pédalage est plus naturelle, moins propulsive. Nous avons choisi pour plus d’ergonomie de ne pas relier la puissance de nos moteur central à la force du pédalage. Nous trouvons ce système peu agréable, voire instable.

+ Technologie

Ces moteurs peuvent parfaitement supporter l’installation d’un ordinateur de bord qui permet non seulement d’optimiser les performances de la batterie, mais aussi de vous donner des informations fiables en temps réel lorsque vous conduisez. Il reste entièrement programmable et nous pouvons les adapter manuellement à votre style de conduite.

+ Durabilité

En plus d’être solides, ces moteurs tout comme nos moteurs roue sont conçus pour durer. Entourés d’une coque protectrice des chocs ainsi que d’un engrenage parfaitement réglé, ils n’endommagent pas outre mesure votre chaine. Ici encore la durée de vie de votre VAE dépend également de l’utilisation que vous faites de votre batterie.

Conclusion

Il est important de choisir un moteur adapté à vos besoins afin de vous éviter toutes dépenses superflues. Lorsque vous prendrez rendez-vous, un entretien avec un de nos conseillers est prévu afin d’en apprendre un maximum sur l’usage que vous comptez faire de ce kit électrique.